Le ventre est-il notre second cerveau ?

De nombreuses études menées récemment, des ouvrages de vulgarisation dédiés, des reportages à la télé, mais que se passe t’il avec le ventre ? Pourquoi un tel émoi autour de cette partie du corps ? 

Dans notre ventre, il y a autant de neurones que dans le cerveau d’un animal de compagnie ! C’est pourquoi on l’appelle le système nerveux entérique ou cerveau d’en bas. Il possède près de 200 millions de neurones qui communiquent avec le système nerveux central. Or les chercheurs commencent tout juste à décrypter les mystères de cette conversation privilégiée…

De récentes découvertes…

Les dernières découvertes ont été diffusées sous deux formats, qui ont reçu un bon accueil de la part du grand public :

– Un documentaire « Le ventre, notre deuxième cerveau »  diffusé sur ARTE.

– Le livre « Le charme discret de l’intestin » de Giulia Enders, véritable phénomène de ventes qui a attiré l’attention sur cet “organe” parfois sous-estimé.

Vidéo : le ventre est il notre deuxième cerveau ? (Université de Nantes) :

L’intestin : responsable de nos émotions ?

Les expressions de la vie courante en disent long : “prendre aux tripes” ou “la peur au ventre” font le lien entre le ventre et les émotions depuis fort longtemps.

Négligé, voire maltraité, l’intestin a des fonctions qui dépassent largement la digestion. Lorsqu’on traverse une situation de stress, le cerveau réagit et envoie des messages à notre intestin.

Pour sa part, dans une situation de stress, le système entérique agit directement sur la muqueuse intestinale pour sécréter des neurotransmetteurs. Le cerveau entérique produit ainsi 95% de la sérotonine, neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions.

En outre, les chercheurs ont découvert que les bactéries de notre intestin seraient capables de ralentir la progression des maladies neurodégénératives.

La communication intestin-cerveau

L’intestin a un impact direct sur le fonctionnement cérébral. Le cerveau entérique est en communication permanente avec le cerveau principal. Ce dialogue est bidirectionnel et se fait par le biais du système nerveux autonome.

Aujourd’hui, les scientifiques essayent d’établir les liens entre certains troubles psychiques et des déséquilibres au niveau du microbiote.

Selon les dernières études, il y aurait des liens entre les déséquilibres du microbiote intestinal et certains troubles : stress, dépression, anxiété et encore des maladies neurodégénératives telles que Parkinson et Alzheimer.

Le microbiote intestinal, 3ème acteur fondamental

Dans cette communication entre le cerveau et l’intestin, il y a un 3 ème acteur. C’est le microbiote intestinal, c’est-à-dire, l’ensemble de micro-organismes qui peuplent le tube digestif.

Au-delà de ses fonctions métaboliques et immunitaires, le microbiote libère certaines molécules qui arrivent par les voies sanguines et nerveuses au cerveau. Cette communication intéresse particulièrement les chercheurs.

Les recherches suggèrent que le microbiote exerce une influence sur notre comportement et les déséquilibres intestinaux pourraient avoir une incidence directe sur nos émotions, voire participer au développement de maladies neurodégénératives.

Un nouvel espoir pour les maladies neurodégénératives ?

De nombreuses maladies qui semblaient éloignées de notre ventre ventre sont, en réalité, étroitement  liés à lui, voire, causées par des déséquilibres au niveau de l’intestin.

Dans la maladie de Parkinson, les neurones de l’intestin sont modifiés bien avant que les tremblements surviennent. Les études ont constaté que les neurones du cerveau et les neurones de l’intestin présentent les mêmes anomalies.

Des nombreuses personnes touchées par la maladie de Parkinson souffrent de troubles digestifs bien avant que les symptômes moteurs apparaissent. En diagnostiquant la maladie de Parkinson par une simple biopsie intestinale de routine, on pourrait anticiper la destruction neuronale et améliorer d’autant le traitement.

Rôle du Training Neuro Sensoriel® dans l’amélioration des fonctions digestives

Même si le système nerveux entérique est une partie du système neuro végétatif qui fonctionne de manière intrinsèque indépendamment des autres centres nerveux, le Training Neuro Sensoriel® par sa capacité à réguler l’ensemble du système Neuro Végétatif en rétablissant l’équilibre sympathique et parasympathique mais également l’équilibre hypothalamique, permet d’optimiser grandement le bon  fonctionnement de notre ventre et donc de notre système digestif.

En effet, il est important de savoir que notre système digestif  reçoit une innervation par des fibres sympathiques et parasympathiques qui forment l’innervation extrinsèque du système digestif. Ces fibres nerveuses sont connectées aux plexus ganglionnaires entériques faisant partie intégrante du système nerveux entérique et font donc le lien avec l’innervation intrinsèque. De plus, le système nerveux autonome est lui-même contrôlé par des centres nerveux situés dans  l’hypothalamus véritable cerveau neuro végétatif supérieur.

Pour en savoir plus ou nous contacter nous contacter : www .training-neuro-sensoriel.fr

Sources :

https://www.dailymotion.com/video/x1ivxo4

https://www.doctissimo.fr/sante/atlas-corps-humain/question-corps-humain/intestin-deuxieme-cerveau

https://www.pileje.fr/revue-sante/intestin-second-cerveau

 

Frank Giraudeaux
Diplômé de l’Université de Psychologie de Reims
Fondateur de CeREN® et du Training Neuro Sensoriel® méthodes et techniques G. Quertant /F.Giraudeaux
Coach Sportif
Méthode NesHealth®
Alimentation à Haut Potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *