Comment diagnostiquer le TDAH chez un enfant ?

Le diagnostic du TDAH ou Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité s’effectue vers la sixième ou mieux, vers la septième année de l’enfant. Avant cet âge, les symptômes sont très variables. D’ailleurs, le manque d’attention et l’agitation motrice sont monnaie courante chez les plus petits. Par contre, si ces signes persistent ou s’intensifient après l’âge de 7 ans, il convient d’en parler à votre médecin ou de consulter un spécialiste.

Les différentes manifestations

Le TDAH est trop régulièrement assimilé aux enfants hyperactifs. En réalité, ce trouble résulte d’une association de plusieurs symptômes :

– Déficit de l’attention : l’enfant ne peut pas finaliser une tâche et est régulièrement inattentif.
– Impulsivité : volonté de couper la parole sans arrêt, trop de précipitation dans l’exécution des exercices scolaires.
– Hyperactivité motrice : l’enfant est toujours agité, se réveille toujours très tôt.

Le diagnostic du TDAH est un travail collaboratif

La personne qualifiée pour examiner le patient est le médecin spécialiste qui peut être un psychologue ou un psychiatre, un neurologue ou un pédiatre du développement. Le médecin généraliste peut également établir un diagnostic, mais la précision des soins qui vont répondre aux besoins de l’enfant appartient à un spécialiste. Toutefois, ce n’est pas un travail individuel. L’évaluation globale nécessite, en plus de la consultation d’un spécialiste, la collaboration des parents, des enseignants et des tiers comme le médecin ou psychologue scolaire.

Les différentes étapes du diagnostic du TDAH

Le praticien devra recueillir des données auprès de différentes personnes. Plus les sources d’informations sont diversifiées, plus l’analyse des données va être facile. Cependant, le processus peut parfois être très long et il est important de préciser que tous les enfants hyperactifs ne sont pas forcément identifiés comme « TDAH ». Les spécialistes vont se focaliser sur la durée des symptômes (au moins 6 mois) ainsi que leur intensité.

Les premiers signes émanent des parent
Les parents vont certainement se plaindre de la difficulté de leur enfant à se concentrer ou à se tenir tranquille. Il sera alors important de bien noter tous les symptômes qu’ils pourront décrire.

L’entretien avec le patient
Le patient peut être un enfant ou un adolescent. Ce dernier doit être en situation de confiance pour parler à cœur ouvert des cas d’anxiété ou de dépression qui peuvent être associés au TDAH.

S’informer auprès de l’entourage
Tous les comptes-rendus d’examens du médecin traitant de l’enfant sont importants, tout comme son carnet de santé. Les enseignants ainsi que les médecins scolaires sont aussi des acteurs importants et peuvent signaler tout symptôme lié au TDAH.

Les tests peuvent être utiles
L’échelle de Conners fait partie des questionnaires les plus utilisés dans le diagnostic du TDAH. Cette investigation va plus tard faciliter le suivi de l’évolution du trouble. Une évaluation neuropsychologique peut également être utile pour mettre en évidence les différents troubles de l’attention.

L’examen médical
Grâce à ce type d’examen, le spécialiste pourra dépister les éventuelles pathologies associées. Il pourra alors déduire des examens para-cliniques nécessaires.

Reconnaissance des troubles associés
Le TDAH ne vient pas seul et d’autres symptômes peuvent parfois intervenir et masquer l’identification du syndrome hyperactif.

 

Les traitements du TDAH

Les traitements incluent généralement des médicaments spécifiques, de la psychoéducation, de l’apprentissage des habiletés sociales, un encadrement scolaire spécialisé et de la psychothérapie individualisée.

La fameuse Ritaline puissant Psychostimulant est encore malheureusement souvent prescrite malgré sa toxicité et son efficacité plus que douteuse.

Il existe d’ailleurs des molécules naturelles ou même synthétiques beaucoup plus efficaces et sans toxicité qui ne sont malheureusement jamais utilisées, ceci fera l’objet de sujets développés dans un avenir proche sur notre site « laboratoiremitraverse ».

Le Training Neuro Sensoriel méthode Quertant/Giraudeaux pour venir à bout du TDAH

Le Training Neuro Sensoriel ou TNS méthode Quertant /Giraudeaux a depuis plus de 20 ans fait ses preuves dans la régulation des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Le dérèglement des centres nerveux régulateurs de la base du cerveau et donc la dimension neurophysiologique fonctionnelle de ce trouble explique les résultats spectaculaires obtenus souvent rapidement avec le TNS.

Parmi les centres nerveux impliqués, le système réticulé activateur ascendant joue un rôle majeur.

Dans le courant des années 80, le Professeur Chauchard (1) écrivait déjà :
« Si, pour un physiologiste qui décrit un idéal d’homme normal équilibré, la formation réticulaire est le centre de la sagesse du corps, et par le cerveau, du psychisme dans l’harmonie des aiguillages nerveux, usuellement notre ignorance et notre manque d’hygiène dans le contexte d’une civilisation inhumaine, car reposant sur des idéologies socio-économiques qui négligent les besoins biologiques, font de la formation réticulaire, proie d’influx nerveux surexcités et désorganisés, le centre de cette folie psychosomatique qu’est la fatigue nerveuse avec insomnie, impossibilité de se concentrer, troubles viscéraux variés, contractures musculaires et répercussions oculomotrices que teste l’appareillage Quertant (de nos jours l’appareillage TNS évolution moderne de l’appareillage Quertant) .

Une relaxation musculaire remédiant à la crispation de la fatigue peut apaiser la formation réticulaire étendant ses effets à tous les domaines psychosomatiques, il en sera de même de la rééducation visuelle.

La formation réticulaire s’est révélé le centre de la vigilance qui met en activité le cerveau qui, si elle s’arrête, conduit au sommeil. Déséquilibrée, elle est source de l’insomnie, de la fatigue nerveuse à laquelle remédie la relaxation musculaire, mais aussi tout ce qui rééquilibrera la formation réticulaire. La vigilance, c’est cérébralement la possibilité d’une bonne régulation de la survigilance d’attention et de la sous-vigilance de distraction. Ces états de conscience dépendent de modifications cérébrales (excitation attentive, inhibition de distraction) qui sont commandées par les automatismes inconscients de la formation réticulaire. Apprendre à faire attention demande donc, non une crispation de tension, mais une harmonie par la détente de la formation réticulaire.

Le pouvoir d’attention repose donc sur ce calme et cette paix intérieure qui dépend de la formation réticulaire. Mais ce calme dépasse le domaine de la vie de relation et concerne aussi tout l’équilibre sympathique et hormonal en s’étendant à la partie antérieure de l’appareil régulateur, l’hypothalamus, ce cerveau viscéral qui commande à un niveau supérieur le sympathique et l’hypophyse, cerveau endocrinien. Tous les efforts d’adaptation exagérés demandés à notre organisme par de mauvaises conditions de vie, mettent l’hypothalamus dans ce déséquilibre baptisé par Selye (2), de « Stress » source des troubles viscéraux d’origine nerveuse. Rééquilibrer les centres de la base du cerveau rétabli la paix dans l’hypothalamus : contrôler le calme en soi par la relaxation musculaire, comme par tout contrôle réceptif, comme aussi donc par la rééducation oculaire Quertant, agit ainsi sur l’harmonie viscérale et permet de l’atteindre indirectement, alors qu’elle échappe normalement au contrôle volontaire. »

Lorsqu’on connaît le grand arc-réflexe du stress : hypothalamus-hypophyse-surrénales, et que l’on connaît le rapport œil-hypothalamus, on comprend aisément l’efficacité du Training Neuro Sensoriel dans la régulation de ces centres nerveux.

En mesurant et contrôlant plus de 6 000 mouvements oculaires, le bilan TNS permet de mesurer le manque d’activation ou l’excès d’activation des centres nerveux régulateurs de la base du cerveau, et donc du système réticulé mettant ainsi en évidence les problèmes de vigilance, d’attention et de concentration rencontrés par votre l’enfant.

Comme décrit ci-dessus, le dérèglement du système réticulé va de pair avec un dérèglement de la zone hypothalamique.

Grace à la rééducation de plus de 6 000 mouvements oculaires et donc de plus de 6 000 fonctions de la base du cerveau, le Training Neuro Sensoriel permet à votre enfant de retrouver ainsi progressivement un parfait équilibre émotionnel et attentionnel.

Faite confiance à CeREN et à ses 23 ans d’expérience, si votre enfant est diagnostiqué TDAH n’hésitez pas à lui faire effectuer son premier bilan Training Neuro Sensoriel au sein d’un de nos centres.

Frank Giraudeaux
Diplomé de l’Université de Psychologie de Reims.
Fondateur de CeREN et du Training Neuro Sensoriel méthode Quertant/Giraudeaux

1.Paul Chauchard (1912-2003) était un médecin et écrivain français avec plus de 80 livres publiés. Président de l’association « Laissez-les-vivre » pendant plus de 20 ans, il en est aujourd’hui son président d’honneur.

2. Hans Selye (1907-1982) était le fondateur et le directeur de l’Institut de médecine et chirurgie expérimentale de l’Université de Montréal. Ce fut un pionnier des études consacrées au stress.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *