syndrome-intestin-irritable

Décryptage du syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable touche plusieurs millions de Français : maladie bénigne mais douloureuse, ce syndrome – aussi appelée colopathie fonctionnelle – serait causé par un dysfonctionnement de la flore intestinale. À l’avenir, des études plus approfondies devraient permettre d’identifier les causes exactes de la maladie.

Les causes de l’intestin irritable…

Le syndrome de l’intestin irritable touche aussi bien l’enfant que l’adulte. Outre un déséquilibre de la flore intestinale (l’ensemble des bactéries et levures à l’œuvre dans notre intestin), le syndrome de l’intestin irritable pourrait peut-être avoir une cause génétique. Les symptômes présentés par la suite sont souvent observés chez plusieurs membres d’une même famille…

Autre facteur important, le stress : qu’il s’agisse du stress engendré par votre vie familiale et/ou par votre environnement de travail, le stress aggrave les symptômes.

Les symptômes de l’intestin irritable

Parmi les signes distinctifs du syndrome de l’intestin irritable, on trouve :

  • Ballonnements
  • Crampes intestinales
  • Flatulences
  • Selles fréquentes et de consistances anormales
  • Diarrhées
  • Constipation

Si vous avez observé plusieurs de ces symptômes à la fois, il est fort possible que vous ayez le syndrome de l’intestin irritable : auquel cas, nous vous invitons à consulter un professionnel de santé compétant et à mettre à profit les conseils qui suivent.

Comment s’alimenter ?

Notre alimentation a un impact direct sur notre organisme. C’est d’autant plus vrai si vous souffrez du syndrome de l’intestin irritable. Pour atténuer les symptômes au maximum, il faut éviter certains aliments.

Les aliments à éviter…

  • Légumes secs: lentilles, haricots, fèves, pois chiches, flageolets…
  • La pomme, la poire et plus généralement les excès de fructose (exemple : jus de fruits)
  • Certains légumes (topinambour, choux de Bruxelles, oignons…)
  • Le blé
  • Les chewings-gums et bonbons sans sucres (en raison de leur haute teneur en polyols (édulcorants fermentescibles))
  • Le lait et tous les produits contenant du lactose
  • De manière générale, évitez l’excès de matières grasses, surtout cuites, qui peuvent être difficiles à digérer et privilégiez l’huile d’olive extra-vierge, le beurre fermier clarifié, et l’huile de coco pour la cuisson. Inutile d’insister sur le caractère nocif des fast food, particulièrement préjudiciable pour les personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable.

Les aliments à privilégier

Vue comme ça, la liste ci-dessus a de quoi décourager : “Que puis-je manger alors ?” nous diriez-vous. Ne vous inquiétez pas, il existe des alternatives.

Voici les aliments recommandés, ceux qui sont plus faciles à digérer et qui occasionnent peu voir pas de problèmes digestifs, à commencer par ces fruits :

  • Les agrumes tels que les clémentines, le citron, ou le pamplemousse,
  • Les fruits rouges (par exemple les fraises ou les myrtilles)

 

Pour les légumes, consommez plutôt du cresson, de la laitue, des carottes, des patates douces ou encore des courgettes et des haricots verts. Ces légumes seront plus faciles à digérer encore s’ils sont cuits. De plus, de par leur teneur en fibres et composés phytochimiques, tout comme les fruits, ils exercent un impact positif sur la flore intestinale.

Céréales : pour remplacer le blé dans votre alimentation, optez pour le riz noir, l’avoine, le millet ou encore le sarrasin. Les céréales cuites puis refroidies, mangées par exemple en salade, sont riches en amidon résistant et bénéfiques à la flore intestinale.

Produits animaux : privilégiez la volaille maigre, les œufs et le poisson sauvage. La viande rouge est bonne aussi, à condition qu’elle soit bio  ou fermière et nourrie à l’herbe. Pour la viande, préférez la cuisson lente, qui permet d’éviter la formation de composés cancérigènes.

 

Quels remèdes contre l’intestin irritable ?

Toutes les activités qui favorisent la relaxation sont recommandées : méditation, exercices de respiration, ASMR, Yoga, Spa… essayez de limiter au maximum les situations de stress dans votre quotidien. Les suppléments de mélisse, magnésium ou théanine peuvent aider à réduire vos niveaux de stress/anxiété, et la qualité de votre sommeil, qui est elle aussi très importante dans le cas du syndrome de l’intestin irritable.

Pour aider à rééquilibrer votre flore intestinale, vous pouvez aussi opter pour les probiotiques. Vous en trouverez dans les produits fermentés (légumes lacto-fermentés crus, yaourts, kéfir, kombucha…).

Les suppléments d’enzymes digestives et/ou de certaines plantes (en décoction, avant les repas – gentiane, gingembre, etc.) peuvent améliorer votre digestion. La marche avant les repas permet aussi d’activer la digestion.

Efficacité du Training Neuro Sensoriel® méthodes et techniques Quertant/Giraudeaux dans la régulation des troubles digestifs

La première phase du Training Neuro Sensoriel appelée bilan permet de mettre en évidence la nature (hyper, hypo, instabilité hyper hypo des systèmes parasympathiques ou sympathiques)  et l’intensité  de dérèglement de votre système nerveux autonome.

Un hyper fonctionnement du système parasympathique est très souvent la cause majeure de la plupart des colopathies fonctionnelles et des troubles tels que ballonnements, diarrhées, acidité, reflux gastriques etc…

Grace à la rééducation Training Neuro Sensoriel® vous pourrez retrouver un parfait équilibre de votre système neuro végétatif et supprimer la plupart de vos symptômes.

N’hésitez pas à nous contacter pour effectuer votre premier bilan et profiter de nos 25 ans d’expérience dans le dépistage et la suppression des troubles nerveux fonctionnels nerveux.

 

 

 

Frank Giraudeaux
Diplomé de l’université de Psychologie de Reims.
Fondateur de CeREN® et du Training Neuro Sensoriel®
Alimentation à Haut Potentiel
Coach sportif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *